KASHER

KASHER SOUS LA SURVEILLANCE DU RABINNAT

Tous les produits de la boulangerie Kleinblatt sont kasher. Ils respectent le code alimentaire juif, la kashrout.

Il convient d’opérer une stricte séparation entre la viande et les produits laitiers. Après avoir mangé de la viande, il faut attendre 6 heures avant de consommer des produits laitiers. La boulangerie Kleinblatt vous propose également plusieurs pains « parve ». Il s’agit de produits sans beurre ni crème ou lait.

La préparation des aliments avec et sans produits laitiers doit donc faire l’objet d’une stricte séparation. Ainsi, la boulangerie Kleinblatt dispose par exemple de deux lave-vaisselle : un pour la vaisselle des ustensiles nécessaires à la préparation des produits parve et l’autre pour les ustensiles nécessaires à la préparation des aliments à base de produits laitiers. Les casseroles, les poêles, les couteaux et autres ustensiles de cuisine sont toujours bien séparés.

Les produits parve, soumis à ce contrôle très strict, conviennent donc également parfaitement aux personnes allergiques au lait.

Une autre règle alimentaire interdit la consommation de sang animal. Dès lors, la boulangerie Kleinblatt veille à contrôler tous les œufs pour qu’ils soient sans trace de sang. Telle est la mission de l’autorité de surveillance nommée par le rabbinat.

Koosjer

La boulangerie Kleinblatt respecte les normes alimentaires les plus strictes. Certains produits, comme les additifs pour le pain et les agents liants, viennent de fournisseurs spécialisés, si nécessaire de l’étranger. La boulangerie Kleinblatt livre quant à elle ses produits alimentaires kasher en Belgique, mais également à Londres et à Paris.

Certaines règles alimentaires sont liées à des jours fériés. Ainsi, à l’époque de la Pâque juive, il convient de consommer du pain et des viennoiseries préparés sans levure, sel et matières grasses.

La personne nommée par le rabbinat veille au respect des règles alimentaires. Ce surveillant rabbinique reçoit aussi les offrandes. Selon la tradition biblique, il convient d’offrir un petit morceau de chaque pâton à Dieu, un usage encore honoré aujourd’hui, tout comme la tradition de la tsedaka, principe de l’aumône, qui veut qu’une partie des revenus soit versée aux pauvres. Ainsi, chaque vendredi, la boulangerie Kleinblatt offre des halloths et des pâtisseries à une organisation d’aide sociale juive.

Pour tout complément d’information sur l’alimentation kasher, visitez le site du musée d’histoire juive.